janvier 25, 2022

L'équipe de recherche

Le sport en direct sur L'Équipe de recherche. Les informations, résultats et classements de tous les sports. Directs commentés, images et vidéos à regarder et à partager.

Un Nasser Al-Attiyah intouchable égale Vatanen, Sébastien Loeb 2e

2 min read
Nasser Al-Attiyah, vainqueur du Dakar.

Le Qatarien a remporté haut la main son 4e Dakar, vendredi en Arabie saoudite.

Leader depuis la première étape en Arabie saoudite, Nasser al-Attiyah a remporté le Dakar dans la catégorie autos, ce vendredi à Djeddah. Auteur de deux semaines de course sans tache, le Qatarien de 51 ans s’impose dans la mythique épreuve de rallye-raid pour la 4e fois après ses succès en 2011, 2015 et 2019. Le leader Toyota et son co-pilote, le Français Matthieu Baumel, s’imposent avec près de 28 minutes (27’46) d’avance sur Sébastien Loeb et Fabian Lurquin (Prodrive). 3e, le Saoudien Yazeed Al Rajhi (Toyota) s’offre un premier podium.

Avant la 12e et dernière spéciale de 164 kilomètres disputée entre Bisha et Djeddah ce vendredi, Al-Attiyah possédait un confortable matelas (33’19) et n’avait plus qu’à assurer. Ce qu’il a fait sans trembler en se contentant du 19e chrono du jour à 5’33 de Loeb (4e). Le Qatarien, par ailleurs médaillé de bronze aux JO de Londres (2012) au tir, rejoint la légende finlandaise Ari Vatanen (1987, 1989, 1990, 1991) dans le cercle très fermé des quadruples vainqueurs du Dakar en autos. Il reste cependant loin de Stéphane Peterhansel, sacré huit fois (2004, 2005, 2007, 2012, 2013, 2016, 2017, 2021) après l’avoir déjà gagné six fois en motos (1991, 1992, 1993, 1995, 1997, 1998).

Toujours en quête d’un premier sacre sur le plus célèbre des rallyes-raids, Sébastien Loeb signe son 3e podium en six participations (2e en 2017, 3e en 2019). Vainqueur de deux spéciales (et sept podiums) sur cette édition 2022, l’Alsacien avait perdu gros le 3e jour, terminé à 28 minutes d’Al-Attiyah après la casse de sa transmission. «Plus personne n’est plus en mesure de mettre la pression sur Nasser, il est tranquille», confiait alors le nonuple champion du monde WRC qui perdait encore quinze minutes sur la tête lors de la 6e étape. Il s’est ensuite battu jusqu’au bout pour combler l’écart mais le virtuose qatarien n’a jamais flanché. «En arrivant sur le rallye, on ne savait pas où on se situerait exactement, donc c’est pas mal une deuxième place», relativisait à la veille de l’arrivée un Sébastien Loeb plutôt satisfait de ses débuts avec Fabian Lurquin comme co-pilote.

La dernière spéciale a été remportée par le Sud-Africain Henk Lategan (Toyota) juste devant Stéphane Peterhansel (+49”) pas loin d’offrir à Audi une 5e victoire d’étape avec la nouvelle RS Q e-tron en 2022.

(Visited 2 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *